Surface SInergy

ETAT DE SURFACE DES IMPLANTS SOUTHERN

  • Surface éprouvée et documentée depuis 16 ans
  • Sa approx 1,4 micron
  • Sablage à l’alumine à 110 microns
  • Surface homogène

 Innovation

La surface SInergy des implants Southern n’est pas un revêtement, il s’agit d’une surface rugueuse abrasive des plus stables des oxydes de titane.
Elle présente la même forme de densité que les implants à surface usinée.

La première expérience avec la surface SInergy, a eu lieu en 1992. Après une validation approfondie, elle a été largement utilisée en clinique en 1997. Elle est réalisée par un procédé soustractif dans lequel des particules d’alumine (AL203) sont projetées sur l’implant.

La taille des particules de 110μm est soutenue par les travaux de Soskalne (Israël), de Wennerberg (Suède) et de Ronald (Norvège). Sur la base de leurs recherches, la plus grande force de liaison entre l’os et le titane est obtenue avec des particules d’abrasion supérieures à 75μm et inférieures à 170μm.

Szmukler-Moncler a analysé et comparé les surfaces d’implants les plus populaires dans les publications lors d’une présentation à l’AO de San Francisco en 2004. Il rapporte que la surface de Southern Implants est remarquablement constante et exempte de contaminants comparativement aux autres surfaces étudiés donnant des résultats très variables.

Il existe un consensus dans la littérature selon lequel les surfaces modérément rugueuses ne présentent aucun risque pour le patient et sont donc sans danger. Le terme “Modérément rugueux” a été défini par Albrektsson comme Sa = 1.0 à 2.0μm (Applied Osseointegration Research, Vol 5, 2006).

Dr Mats Wikström, chef des cliniques, Brånemark Centre Göteborg, a conclu en 2007 que la surface Southern est l’une des trois surfaces modérément rugueuses les mieux documentées sur le marché. Des études cliniques randomisées ainsi que des études rétrospectives ont montré des résultats positifs pour la surface Southern avec plus de 10 ans de suivi au maxillaire et à la mandibule. Les résultats de cinq et huit ans de suivi des essais cliniques ont été publiés dans les revues systématiques de Cochrane.

1. Vandeweghe S, Hawker P, De Bruyn H.

Un suivi rétrospectif jusqu’à 12 ans sur des implants immédiatement modifiés et à surface modifiée dans la mandibule édentée. Clin Implant Dent Relat Res.2016 avril ; 18 (2): 323-31.

2. Vandeweghe S, Ferreira D, LVermeersch, Mariën M, De Bruyn H.

Suivi rétrospectif à long terme des implants tournés et modérément rugueux dans la mâchoire édentée. Clin Oral Implants Res. 2016 avril ; 27 (4): 421-6.

3. Ma S, Tawse-Smith A, De Silva RK, Atieh MA, Alsabeeha NHM, Payne AGT.

Prothèses maxillaires à trois implants en opposition aux prothèses mandibulaires à deux implants : Résultats chirurgicaux à 10 ans d’un essai contrôlé randomisé. Clin Implant Dent Relat Res. 2016 juin ; 18 (3): 527-44. (Résultats prosthodontiques de 10 ans en attente de publication)


Menu